Get Adobe Flash player
 

Mise à jour le 24/07/12

NB : Les informations présentées sur ce site sont des données brutes à l'usage exclusif des professions de santé, elles nécessitent des connaissances médicales et statistiques précises pour pouvoir être utilement interprétées et ne peuvent être reproduites ou utilisées sans autorisation. Les patients ou familles qui souhaiteraient en comprendre la signification doivent s'adresser à leur néphrologue référent.


Types de cathéters

Les cathéters les plus utilisés restent les cathéters à col de cygne qui représentent 57%. 34% des cathéters sont en queue de cochon (37% des poses depuis le dernier sympo). Les cathéters à un seul manchon de Dacron sont de moins en moins posés. 16 poses (moins de 1%) depuis 5 ans et 5 / an en 2011 et 2012.

 

 

L’évolution du nombre de cathéters ne représente pas ici le nombre de nouveaux patients car il s’agit uniquement des cathéters posés enregistrés dans la base de données du RDPLF. La représentativité de ce module est d’environ 30 % du nombre total réel de cathéters posés.

ktdia1

 

L’augmentation importante de centres participant au module cathéter en 2011 est liée à la réactualisation et amélioration de ce module. Rappelons que contrairement aux autres modules qui ne peuvent être saisis que si le patient a débuté la dialyse péritonéale et est enregistré dans le module principal, les poses de cathéters doivent être enregistrées même pour les patients qui pour une raison ou un autre ne débutent pas la DP ou si la pose est un échec immédiat. Cela permet d’évaluer globalement et pour chaque centre son taux de réussite de pose de cathéter fonctionnel.

ktdia2

 

On observe peu de variations dans l’utilisation de la technique de Moncrief, les raisons en sont probablement multifactorielles : changements d’équipe chirurgicale, patients souvent adressés tardivement pour la DP, difficultés d’avoir la personne expérimentée facilement disponible pour l’extériorisation. Cela est néanmoins regrettable, les équipes qui utilisent cette technique étant unanime à en souligner les avantages pour un début programmé de la DP avec possibilité d’utiliser d’emblée des volumes de 2 litres de dialysat.

ktdia3

 

La France est le principal pourvoyeur de modules cathéters ; le faible pourcentage de cathéters provenant de Belgique ou Maroc est seulement lié au nombre de patients pris en charge, par contre sans ces pays le pourcentage de centres qui y participent est élevé.

ktdia4

 

Le pourcentage d’utilisation de cathéters à extrémité enroulée, appelé « queue de cochon », ou coil en anglais est de l’ordre de 30 % en regroupant les cathéters droit et en col de cygne. L’utilisation de cathéter droit à extrémité droite dépasse à peine 20 %.

ktdia5

 

La laparotomie demeure la technique de pose privilégiée mais dans certains centres la pose sous coelioscopie tend à augmenter sans qu’il soit actuellement possible d’en confirmer l’avantage.

ktdia6

 

 

L’usage d’antibioprophylaxie locale sur l’orifice de sortie du cathéter diminue le taux d’infection, mais a changé au cours des dernières années la répartition des germes avec un doublement du pourcentage de pseudomonas.

diapositive1