Get Adobe Flash player

Prise en charge de la maladie cardio vasculaire en DP


Ceci est un extrait des recommandations canadiennes concernant les Rêgles et recommandations de bonnes pratiques cliniques pour l'adéquation de la dialyse péritonéale en 2011, traduit avec l'autoarisation des auteurs par le RDPLF. Le texte Français intégral est téléchargeable sur les site du PDI à l'adresse :

(texte intégral téléchargeable en cliquant ici)

 

 

4.1. DYSLIPIDEMIE

Recommandations :

- Les statines (inhibiteurs de la 3-hydroxy- 3-méthylglutaryl-coenzyme A réductase), avec ou sans l’inhibiteur d’absorption du cholestérol, l’ézétimibe, devraient être discutées chez tous les patients adultes en DP, pour diminuer le taux de LDL-cholestérol (LDL-C)(B).

 

- Il faudrait mesurer une fois par an le taux des lipides à jeun – cholestérol total (CT), triglycérides (TGs), LDL-C et HDL-cholestérol (HDL-C)(opinion). 

 

- Lorsque cela est possible, l’exposition au glucose du dialysat doit être minimisée en donnant priorité à d’autres stratégies pour maintenir la normovolémie (opinion).

 

- Il faut éviter les traitements combinant statines et fibrates (opinion).

 

- MALADIE CORONAIRE/ INSUFFISANCE CARDIAQUE CHRONIQUE Historiquement, chez les patients avec une maladie rénale chronique et une insuffisance rénale terminale, il y a toujours eu une culture de « rénalisme » - c’est-à-dire d’éviter l’utilisation de médicaments montrant un bénéfice dans l’infarctus myocardique aigu, y compris l’acide acétyl-salicylique, les béta-bloqueurs et les IECAs . Un phénomène similaire a également été observé pour le recours à la coronarographie pour ces patients. Le groupe de travail insiste donc ici sur le fait que la maladie rénale chronique, incluant l’insuffisance rénale terminale, n’est pas une raison d’éviter l’utilisation de tels agents. Le risque d’hyperkaliémie doit bien sûr être pris en considération, bien que ce risque semble faible avec les IECAs ou les sartans en DP et avec la spironolactone chez les patients hémodialysés oligoanuriques. Les héparines de bas poids moléculaire (HBPMs) sont excrétées par voie rénale et sont de ce fait considérées comme relativement contre-indiquées dans l’insuffisance rénale terminale***. Une méta-analyse des études comparant les héparines non fractionnées avec les HBPMs n’a pas montré de risque accru de saignement avec les HBPMs; cependant, le nombre de patients inclus dans l’analyse était faible. D’autres études sont donc nécessaires pour déterminer si les HBPMs peuvent être utilisées avec sécurité chez les patients en insuffisance rénale terminale qui nécessitent un traitement systémique par héparine.