Get Adobe Flash player

Symposium du RDPLF - 14 Avril 2011 (Poster n°16)

Péritonite récidivante à streptocoques non groupable. A propos d'une « saxophonite » !!!.

Mustapha Amirou, dominique Lombart, Joseph Watine, kedna Thomas

Hopital, Rodez, France

Un patient de 77 ans, musicien, diabétique, hypertendu, coronarien et néphréctomisé (pour un adénocarcinome du rein 3 ans plus tôt), consulte pour la première fois au stade terminal de l'insuffisance rénale. Il choisit la dialyse péritonéale. Un mois après le début de la dialyse péritonéale, il présente les signes d'une péritonite traitée empiriquement par vancomycine (1g/semaine en intra-péritonéal pendant 2 semaines) et par cefriaxone (1g/jour en intra-péritonéal pendant 15 jours). La culture est positive à Streptococcus mitis/oralis. Le patient est mis sous augmentin (1gx2/jour per os pendant quinze jours).

Une fois le patient guéri, le seul élément retrouvé à l'interrogatoire est la reprise du saxophone. Cette hypothèse inhabituelle était classée sans suite jusqu'en février 2010 où le patient est hospitalisé pour un deuxieme épisode de péritonite traité empiriquement comme le 1er épisode. Le germe identifié est Streptococcus parasanguis. Le patient est alors mis sous augmentin (mêmes posologies et duréequ'au 1er épisode). Le travail sur saxophone entraîne des augmentations importantes et répétées de la pression intra-péritonéale. Ces micro-traumatismes répétés pourraient avoir facilité un passage de bactéries du tube digestif vers la cavité péritonéale. Nous avons donc procédé à des explorations digestives. La coloscopie réalisée objective un polype du sigmoïde, un aspect d'adénome tubuleux de bas grade. Le patient est maintenant guéri mais il nous signale qu'il n'a pas repris le saxophone mais il joue de la clarinette§ Nous lui avons fait part de notre hypothèse explicative... L

es péritonites à streptocoques non groupables, notamment mitis/oralis, semblent rares en dialyse péritonéale. et encore plus chez les saxophonistes.