Get Adobe Flash player

Symposium du RDPLF - 14 Avril 2011 (Poster n°14)

Peritonite sclérosante (ps) simulant un cancer de l'ovaire chez une transplantée récente précédemment en DP.

Dominique Pagniez, Celia Lessore, Thomas Guincestre, Géraldine Robitaille, Jean-Baptiste Beuscart

Hôpital Huriez, Lille, France

Nous rapportons le cas d'une patiente présentant des symptomes digestifs après greffe rénale. Une femme de 68 ans et 1,50m reprenait la DPA en juin 2004 après une greffe rénale ayant fonctionné 8 ans. Elle bénéficiait d'une seconde greffe en novembre 2009, traitée par stéroides, tacrolimus, et mycophénolate. En 6 mois, elle présentait 3 épisodes subocclusifs, et son poids passait de 49 à 41 kg. Une échographie rénale retrouvait une ascite abondante. Le CA125 serique était à 791 UI/ml (normale < 35). Un scanner retrouvait une collection pelvienne, possiblement loculée, sans calcifications ou carcinomatose pelvienne. Une IRM retrouvait un kyste dans chaque ovaire. Une ovariectomie bilatérale était réalisée pour suspicion de cancer de l'ovaire. Toutefois, l'examen anatomo-pathologique ne retrouvait pas de signes de malignité au niveau des deux ovaires. Des biopsies péritonéales montraient une fibrose collagène dense, avec des infiltrats focaux de cellules mononuclées. Le diagnostic de PS débutante était porté; un traitement par tamoxifène (20 mg/jour) était commencé. Le transit s'améliorait rapidement, avec reprise pondérale de 6 kg en 5 mois. La transplantation rénale est maintenent un facteur de risque reconnu de développer une PS, peut-être en raison du traitement par anticalcineurine. Le scanner peut être longtemps normal. Une élévation du CA125 sérique a été rapportée chez un patient non dialysé porteur d'une péritonite sclérosante (World J Gastroenterology 2005; 11: 2844-6). Le tableau clinique présenté par notre patiente, mimant un cancer de l'ovaire, illustre la nécessité d'un haut indice de suspicion pour la PS, en particulier après greffe rénale.